01 86 95 49 77 contact@kostango.com

Au fil des années, les termes Kaizen, Lean & Six Sigma ont perdu leur identité individuelle.

Ces mots sont utilisés indifféremment sans connaître le véritable sens ou l’utilisation de ces mots. Chaque concept / outil est utilisé pour résoudre des problèmes spécifiques, par opposition à la réponse à chaque problème. Ce n’est pas parce que vous avez l’outil que vous devez l’utiliser. Aucun outil ne doit être choisi ou utilisé avant que l’on ne puisse répondre correctement à la question « quel est le problème que nous essayons de résoudre ? »

Qu’est ce que le Kaizen ?

Kaizen est un mot japonais signifiant « Analyser pour rendre meilleur » ou encore « amélioration continue ». C’est donc un voyage et non une destination, c’est un état d’esprit par opposition à un outil spécifique. C’est une culture qui doit être modifiée et adoptée par les organisations. Il utilise sa créativité et son ingéniosité pour identifier les problèmes, puis pour développer et mettre en œuvre des idées permettant de les résoudre. La philosophie de Kaizen dit que tout peut être amélioré et que tout peut fonctionner mieux ou plus efficacement.
Il est utile d’identifier les 3MMuda (gaspillage), Mura (variation / incohérence) et Muri (contrainte pour les personnes et les machines).

Kaizen est la pratique de l’amélioration continue. Kaizen a été introduit en Occident par Masaaki Imai dans son livre Kaizen : La clé du succès concurrentiel du Japon en 1986. Aujourd’hui, Kaizen est reconnu dans le monde entier comme un pilier important de la stratégie concurrentielle à long terme d’une organisation.

Kaizen est une amélioration continue basée sur certains principes directeurs :
· Les bons processus donnent de bons résultats
· Allez voir par vous-même pour saisir la situation actuelle
· Parler avec des données, gérer par des faits
· Prendre des mesures pour corriger les causes profondes des problèmes
· Travailler comme une équipe
· KAIZEN concerne tout le monde

Une des caractéristiques les plus remarquables de Kaizen est que les grands changements résultent de nombreux petits changements accumulés au fil du temps. Cependant, cela a été mal interprété comme signifiant que Kaizen équivaut à de petits changements.
En effet, Kaizen désigne toutes les personnes impliquées dans les améliorations. Bien que la majorité des changements soient peut-être mineures, l’impact le plus important peut concerner les kaizens dirigés par la direction en tant que projets transformationnels ou par des équipes interfonctionnelles en tant qu’événements Kaizen.

Qu’est ce que le Lean ?

Le Lean se concentre souvent sur l’élimination des « gaspillages », parfois appelés «muda» en japonais.
Les opérations qui ne créent pas de valeur pour le client final sont considérées comme « inutiles ». Bien que le modèle Lean de base ait été introduit il y a plus de 100 ans, il a continué d’évoluer, des chaînes de montage en continu d’Henry Ford pour le modèle Ford T au concept de pièces interchangeables utilisées par Eli Whitney et Samuel Colt, en passant par le Toyota Système de production. Ces concepts, en plus d’une multitude d’autres, se sont réunis pour formuler ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de « Lean manufacturing ».


Qu’est-ce que le Six Sigma ?

Il s’agit d’un ensemble d’outils et de stratégies visant à limiter les défauts, également appelé « Mura » dans les processus métier. Ses deux méthodologies de projet – DMAIC (définir, mesurer, analyser, améliorer, contrôler) et DMADV (définir, mesurer, analyser, concevoir, vérifier) sont basées sur le cycle Plan-Do-Check-Act (PDCA) de Deming. L’équipe utilise des techniques statistiques avancées telles que les diagrammes de Pareto et l’analyse des causes premières pour atteindre des objectifs de valeur quantifiés.

Les origines de Six Sigma en tant qu’outil de mesure remontent à Carl Friedrich Gauss (1777-1855) qui introduisit le concept de courbe normale. Six Sigma en tant qu’outil de mesure de la variation des produits remonte aux années 1920, lorsque Walter Shewhart montra que trois sigma de la moyenne étaient le point où un processus devait être corrigé. Beaucoup d’outils de mesure (Cpk, Zero Defects, etc.) sont apparus plus tard, mais le mérite d’avoir inventé le terme « Six Sigma » revient à un ingénieur de Motorola nommé Bill Smith.

Pour finir …

Kaizen cherche à améliorer tous les aspects d’une entreprise en standardisant les processus, en augmentant l’efficacité et en éliminant les gaspillages en impliquant tout le monde, tandis que Six Sigma se concentre sur l’amélioration de la qualité du produit final en recherchant et en éliminant les causes de défauts, que ce soit par variance (terme mathématique qui mesure le « décalage par rapport à la perfection ») dans le processus business ou dans la fabrication, et se concentrant sur l’élimination des « gaspillages » afin d’améliorer la vitesse et la qualité des processus grâce à la réduction des gaspillages.

Cependant, le fait le plus important est que l’un n’est pas meilleur que l’autre. L’essentiel est de ne pas perdre beaucoup de temps et d’argent à essayer de mettre en place des manières de penser et de s’améliorer, ces concepts / outils étant conçus pour économiser du temps et de l’argent. L’objectif ultime sera l’excellence opérationnelle pour l’excellence commerciale avec une façon de penser améliorée, de changer les paradigmes, de changer la culture, de changer les habitudes actuelles, etc.